Skip to content

Libération misera aussi sur la radio et la vidéo

09/09/2014

libe3-169933-178276-190047-193300

Directeur opérationnel de Libération, Pierre Fraidenraich souhaite rompre la « verticale figée de l’écrit » et « inventer d’autres supports (radio et vidéo) sur lesquels la voix de Libé doit porter », dont une « Radio Libé » au plan national, explique-t-il lundi dans Le Figaro. « Nous sommes en train de discuter avec le CSA pour obtenir une fréquence nationale et créer Radio Libé » déjà testée sur le site », a annoncé Pierre Fraidenraich, précisant que Libération travaille en parallèle « sur une offre de vidéo enrichie, un portail de chaînes avec des partenaires affiliés disponible sur liberation.fr ». Un studio a été installé dans la rédaction, et le site de Libé diffuse depuis le 1er juillet des émissions de 15 à 20 minutes, animées par des présentateurs, avec des chroniques, des journalistes, et ouvert un répondeur pour ses auditeurs. Il a évoqué « des développements internes et des acquisitions » pour constituer un groupe avec « plusieurs filiales et peut-être même plusieurs marques ».

Une nouvelle formule print au 1er trimestre 2015

Libération perdra encore de l’argent cette année, mais espère retrouver un résultat courant (Ebitda) positif l’an prochain, a-t-il expliqué. Le directeur de la publication Laurent Joffrin a souligné que le journal avait redressé ses ventes cet été avec « une hausse de 20% par rapport au printemps ». Au printemps dernier, selon les chiffres de l’OJD, Libération a vu ses ventes chuter sous les 100 000 exemplaires, son plus bas niveau depuis au moins 20 ans. »Libération a toujours été un laboratoire de nouveaux formats. Libération a beaucoup inventé, innové mais rarement breveté et encore moins monétisé. Aujourd’hui, nous devons le faire », a insisté Pierre Fraidenraich. Rebondissant sur la transformation en cours du journal – une nouvelle formule du site et du journal papier sont prévues pour le premier trimestre 2015 -, Pierre Fraidenraich a précisé que « pour la première fois de (son) histoire », Libération s’était doté d’un département marketing et développement. « Nous verrons comment faire jouer à fond les synergies avec notre nouvel actionnaire (Patrick Drahi), propriétaire de Numericable, I24 News(chaîne israélienne d’information en continu) et bientôt SFR », a-t-il ajouté par ailleurs. Interrogé sur la clause de cession ouverte depuis le 1er août, Pierre Fraidenraich a répondu ne pas pouvoir « préjuger du nombre de collaborateurs qui la saisiront ». « Trop de journalistes sont trop peu productifs », a-t-il jugé. Début août, les actionnaires de Libération tablaient sur une cinquantaine de départs, sans être certains d’atteindre ce chiffre.

Source : Cbnews

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :