Skip to content

Condé Nast et la quête du e-commerce

17/12/2013

La frontière entre e-commerce et médias a toujours été mince, alors que certains journaux, comme Le Monde, Le Figaro ou Libération possèdent depuis longtemps leurs propres boutiques. La télévision ne déroge pas à cette règle, comme avec TF1 et son site TeleShopping, commercialisant les produits de l’émission (100 millions d’euros de chiffre d’affaire en 2011), ou Vendatis, filiale de M6 qui pilote le site MisterGoodDeal.

Après avoir investi 20 millions d’euros en 2012 dans le développement du site Rent the Runway (location de vêtements de luxe) et avoir fait un chèque du même montant au britannique Fartech, spécialisé dans la mode, le géant américain Condé Nast, qui édite Vanity Fair et GQ en France, et près de 130 titres dans le monde, compte bien réussir son entrée dans le e-commerce. Pour cela, le groupe a notamment débauché des Galeries Lafayette le Français Frank Zayan, où il dirigeait la division e-commerce.

Certains, comme Jeffe Bezos, font le chemin inverse. Le fondateur du site de e-commerce Amazon a racheté l’été dernier le Washington Post. Ainsi, en couplant média de masse et géant du commerce en ligne, un pas de plus vers la collecte d’information – dans le but de proposer une offre adéquate aux besoins des internautes, voire de les anticiper – a été franchi. Grâce à la  technologie d’Amazon, Le Washington Post pourra proposer à ses lecteurs des articles plus pertinents, et réciproquement, Amazon pourra proposer à ses clients des produits plus susceptibles de les intéresser.

Ce rapprochement entre information et e-commerce peuvent représenter un danger quant à l’indépendance de l’information, qui en fait sa qualité et sa crédibilité. Lire un article vendant les mérites d’un téléphones, avec en bas de la page une publicité pour ce même mobile ne serait pas très positif pour le consommateur. José Neves, le fondateur du site Fartech, nouvelle propriété de Condé Nast, s’en défend : « Il n’y a pas de conflit d’intérêt car Condé Nast n’est pas propriétaire des marques que nous vendons et nous ne faisons pas de pub dans leurs magazines. »

(Source : lsa-conso.fr)

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :