Skip to content

Cheek Magazine : le pure player féminin de la génération Y

01/10/2013

Elles représentent la génération Y, et c’est à cette dernière qu’elles s’adressent. Cheek Magazine, c’est le pari osé de trois jeunes femmes, anciennement chez « Be », qui croient à un magazine féminin qui parle de pop culture et de société. Les créatrices du magazine veulent s’adresser aux femmes d’aujourd’hui, actives, jeunes, urbaines, connectées, et CSP+.

« L’idée, c’était de créer notre féminin idéal, celui que l’on ne trouve pas dans la presse existante. En moyenne, dans la presse féminine, 80% des contenus concernent la mode et la beauté, les 20% restants traitent de culture et de sujets de société. On fait le pari d’inverser le ratio et on pense qu’il existe une véritable attente des jeunes femmes. On va quand même parler beauté, mais sous un angle sociétal. Et la mode en s’intéressant plutôt aux gens qui la font.», explique Julia Tisser, l’une des fondatrices.

Le noyau dur de l’équipe rédactionnelle est constitué des trois créatrices. Mais une vingtaine de journalistes, pour l’instant bénévoles, s’ajoutent à la liste. Une dizaine de chroniqueurs animent également Cheek Magazine, dont notamment Vincent Glad. L’objectif est d’embaucher une rédaction, dès que les revenus le permettront.

Les trois journalistes ont personnellement investi 30.000 euros, et ont récolté plus de 10.000 euros sur la plateforme de dons en ligne Kiss Kiss Bank Bank. Ces fonds devraient permettre de continuer l’aventure au moins jusqu’à fin 2014 sans levée de fonds supplémentaire. À cette date, l’objectif sera d’avoir 800.000 visiteurs uniques. Pour y arriver, les trois fondatrices comptent notamment sur les réseaux sociaux.

Le pari est osé, dans un secteur encore plus concurrentiel qu’auparavant après les récents lancements de « Vanity Fair » et de « Stylist ». Ce nouveau magazine pure-player va tenter de se faire une place, en misant sur ses revenus publicitaires, et également des conférences sur la génération Y, afin de bénéficier de ressources alternatives.

(sources : Les Echos, L’Express)

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :