Skip to content

Les 4x4urbains montent en puissance face aux monospaces

07/03/2013

La part de marché des « crossovers » a dépassé celle des monospaces en Europe. Une première.

C’est l’un des paradoxes du marché automobile européen. Alors que le chômage se situe à des niveaux historiques, qu’on parle sans cesse de réduire les émissions de CO2, les SUV, ces véhicules urbains aux allures de 4×4,constituent l’un des rares gisements de croissance que les constructeurs cherchent à exploiter. On les voit partout à Genève : le 2008 sur le stand de Peugeot, faisant face au Renault Captur et à l’Eco-Sport de Ford. Cette nouvelle offre viendra grossir les rangs d’un créneau qui commence à être déjà bien embouteillé, avec le Nissan Juke, le 3008, le Chevrolet Trax et, plus récemment, l’arrivée de l’Opel Mokka. Même Seat voudrait avoir le sien, dans le sillage de Volkswagen, qui devrait prochainement lancer le Taigun, petit frère du Tiguan.

Plus rentables que les berlines
Malgré cet encombrement croissant, ces « crossovers », croisement entre la silhouette d’un monospace et celle d’un 4 x 4, promettent une rentabilité supérieure à celle des berlines, massacrée par la guerre des prix. C’est du moins ce que disent les dirigeants d’Opel, qui assurent que le Mokka, quelques mois après
son lancement, « est très profitable ».
Première victime de cette percée, les monospaces ont perdu du terrain sur le marché européen. Selon LMC Automotive, la part de marché des « crossovers » a dépassé pour la première fois celle des monospaces l’an dernier, les deux segments représentant désormais quelque 15 % des ventes de voitures en Europe. Un changement radical s’est donc opéré en quelques années, puisque, en 2005, les monospaces affichaient une part de marché de 17%, contre 6% pour les petits SUV. « On peut penser que l’acheteur potentiel d’un monospace puisse aussi s’intéresser aux silhouettes des “crossovers”, car tous deux ont une position de conduite plus élevée que les berlines traditionnelles. La croissance de l’offre sur le segment des SUV a clairement impacté le marché des monospaces »,estime Jonathon Poskitt, directeur du département prévisions chezLMCAutomotive.

1302 SUV_LesEchos
Mais, sur ce point, les analyses divergent. Car les « crossovers » prendraient tout autant de parts de marché aux breaks et aux berlines famille avec un ou deux enfants qui cherche une offre valorisante. Il y a quelques années, ces clients seseraient tournés vers un break », indique Xavie rPeugeot, directeur du produit au sein de la marque au lion. Son homologue chez Citroën, Thomas d’Haussy,affirme que « la croissance des SUV ne se fait plus au détriment des monospaces, comme c’était le cas il y a encore trois ou quatreans ». «On estime que les transferts d’un segment à l’autre se sont stabilisés. » Pourtant, le design de nouveaux monospaces a tendance à se rapprocher de celui des « crossovers ». C’est le cas du prochain C4 Picasso, présenté à Genève sous le concept Technospace, moins haut que la génération actuelle, à la fois pour réduire les émissions de CO2, mais aussi pour mieux coller à la demande des clients. « Il fallait renouveler le genre, reconnaît Thomas d’Haussy. Les clients attendent maintenant un produit plus dynamique, reflétant moins le côté “père de famille”.»

Source : Les Echos

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :