Skip to content

Prisma augmente ses prix et accélère sur le numérique

28/01/2013

Et de cinq ! En quelques mois, Prisma Média, l’éditeur de Femme Actuelle, de Géo ou de Capital, a racheté pas moins de cinq start-up dans le numérique, pour près de 15 millions d’euros. L’agrégateur de blogs féminins Hellocoton, le site de vidéos MaTVPratique, le site de vente de produits faits main Siandso (rebaptisé Prima-Créa), la régie publicitaire digitale P comme Performance et, dernier en date, la régie mobile MobValue. Celle-ci a pour clients TF1, Météo France et Boursorama. « Il s’agit d’enrichir nos compétences sur le digital en acquérant des savoir-faire dans la technologie, dans la monétisation de bases de données et dans l’audiovisuel », explique Rolf Heinz, président de Prisma Média, filiale du groupe allemand Gruner + Jahr (Bertelsmann). Objectif : accélérer la transformation du groupe de presse en groupe multimédia.
D’autres investissements sont prévus en 2013. Le chiffre d’affaires numérique devrait représenter cette année 10% du chiffre d’affaires global (contre 1 % en 2008) et un quart des recettes publicitaires. Sur la conversion de ses journalistes au Web, le groupe a, en revanche, encore du pain sur la planche. Une première expérience a été menée l’an dernier avec le rapprochement des rédactions de Femme Actuelle et de Prima, un pool de journalistes organisés en pôles d’expertise collaborant désormais à l’un ou l’autre des deux titres,Web ou papier. Cette nouvelle manière de travailler a suscité un malaise auprès de certains salariés, se plaignant d’une surcharge de travail.

Nouvelle formule pour Gala
L’an dernier, le groupe a réussi à stabiliser ses résultats dans un contexte publicitaire extrêmement morose. Le chiffre d’affaires s’inscrirait en très léger recul par rapport à l’année précédente, où il avait atteint 406 millions d’euros net, tandis que le résultat opérationnel serait quasiment stable, après 47,5 millions en 2011. L’augmentation des prix des magazines et la multiplication des déclinaisons de marques (« Géo Histoire », « Géo Arts »…) ont compensé l’érosion des ventes au numéro. Sur 2011-2012, Géo, Capital, Femme Actuelle, Prima, Gala, Management sont tous en recul. D’autres augmentations de prix pourraient être pratiquées, notamment sur les magazines TV.
Pour 2013, Rolf Heinz s’attend à une année difficile. « Nous devrons réduire nos coûts de structure dans le print et ceci ne sera pas possible sans quelques sacrifices », prévient-il dans un message envoyé début janvier à ses salariés, dont Les Echos ont eu copie. « Dans certains domaines, il faudra trouver des économies, au niveau de la masse salariale aussi , précise aux Echos l’intéressé. Mais aucun plan de départ collectif n’est prévu. » L’externalisation de la confection des grilles de programmes des magazines TV, l’an dernier, va déjà permettre au groupe d’économiser 1 million par an pendant cinq ans. Pour 2013, économies obligent, Rolf Heinz exclut tout lancement de nouvelle marque, comme en 2012 avec Néon. Capital pourrait néanmoins subir des modifications en mai. Deux nouvelles formules sont aussi en préparation pour 2013 : une pour Management,une autre pour Gala, qui fêtera ses 20 ans en février. Un lifting qui arrive à point nommé, alors que Condé Nast se prépare au lancement de Vanity Fair.

Source : Les Echos

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :