Skip to content

Big Data : La révolution est en marche

04/01/2013

Alors que l’internet a changé le monde des années 90, le Big Data va incontestablement changer les années 2010.

« Big Data » littéralement « grosse quantité de données » renvoie à de nouveaux systèmes informatiques qui promettent de « révolutionner la vie quotidienne ».
Chaque jours, plus de 2.5 trillions d’octets de données sont générées dans le monde. Ces informations sont générées par les réseaux sociaux, photos et vidéos publiées sur internet, signaux GPS, transactions bancaires..un volume énorme d’information qui se révèle une véritable mine d’or après traitement, analyse et croisement.

Comment s’illustre le Big Data ? Par exemple, en renseignant à la fois les habitudes alimentaires et les différents problèmes de santé d’une personne, l’ordinateur pourrait prédire en quelques secondes quand interviendra une éventuelle attaque cardiaque. Le concept s’applique aussi aux commerçants qui pourraient proposer des promotions personnalisées en fonction des précédents achats aux éventuels clients qui passent devant leurs boutiques.

« L’analyse des sentiments est très recherchée puisqu’avec des outils de sémantique, nous sommes capables de dégager les différents sentiments manifestés en temps réel sur les réseaux sociaux, même le second degré ! », confirme Serge Boulet, directeur marketing de SAS, leader mondial des solutions Big Data pour entreprises. « L’objectif étant d’identifier le plus rapidement possible des signaux négatifs pour y répondre », poursuit-il.

Une autre application concrète, déjà en place aux Etats-Unis dans une enseigne textile cliente de SAS : le Big Data au service de l’élasticité des prix. « Dans le textile, l’enjeu majeur vise à trouver le bon prix qui dépend de la taille, de la couleur, de la localisation, de la météo, etc. », explique Serge Boulet. « Avec le Big Data, nous avons mis en place un système qui permet, en liaison avec des étiquettes électroniques, de modifier chaque soir le prix de l’intégralité des produits en quelques minutes. Le magasin peut ainsi proposer des démarques au bon moment et adapter ses prix pour un meilleur écoulement de ses stocks. »

Reste la problématique de l’acceptation par les consommateurs. Pour l’adaptation des tarifs, l’enseigne textile a donc opté pour une évolution seulement hebdomadaire des tarifs. « La technologie permet d’imaginer plein des centaines d’applications, mais il faudra trouver un juste équilibre entre le possible et l’acceptation », confirme Serge Boulet.

Au-delà, il faut veiller que le Big Data ne se transforme pas en Big brother. « La confiance des utilisateurs est cruciale », souligne Chuck Hollis. « Pour être mieux soigné, on donne un maximum de renseignements à son médecin parce qu’on lui fait confiance. Il faut que le Big Data réussisse à convaincre les utilisateurs de l’apport fourni. » Le directeur d’EMC poursuit : « Chaque nouvelle technologie s’accompagne d’une crainte. Le feu, l’électricité, internet, le Big Data. Le bon s’accompagne toujours de mauvais, il faut veiller à ne pas basculer. »

Avec le Big Data, les mathématiques s’apprêtent à régner sur l’informatique. Pour autant, le système d’analyse ne doit pas être vu comme une solution miracle. « Il s’agit simplement d’un système d’aide à la décision », estime Serge Boulet. « La statistique n’est pas une science exacte, il y a toujours une part d’erreur. Et la décision finale revient toujours à l’homme derrière la machine. »
Par ailleurs, 66% des Français affirment qu’il vaut mieux leur demander directement ce qu’ils comptent faire si l’on veut connaître le moyen le plus fiable de prédire leurs comportements selon le CSA. Cela prouve que certes les approches Big Data vont conférer plus de puissance, de réactivité et de précision mais qu’il ne faut pas oublier l’interaction directe avec le consommateur car c’est au croisement de l’observation des faits et de l’écoute de l’individu, que les données révèleront tous leurs secrets.

« En général, nous avons 6 à 9 mois de retard sur les Etats-Unis », estime Jean-Michel Giordanengo, président d’EMC France. « Donc ce qui est sûr, c’est que le Big Data va s’imposer partout en 2013 comme un avantage compétitif pour les entreprises, afin de fournir un service supplémentaire aux consommateurs. » Surtout que l’explosion des données n’est pas prête de s’arrêter. Après les réseaux sociaux, les futurs objets connectés iront de leurs informations en pagaille. Lunettes, voitures, compteurs électriques, télé, etc. Une flopée d’appareils pour de nouvelles montagnes de données.

« Ce n’est pas une mode », conclut Serge Boulet, « c’est le début d’une révolution. »

Infographie_HFBD.pdf

Source : Le Nouvel Observateur

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :