Skip to content

Baromètre de l’épargne La Poste/Les Echos

13/06/2012

L’étude réalisée par TNS pour La Banque Postale et Les Echos porte sur les comportements d’épargne des Français et leur choix de placements financiers. Principaux enseignements.

Les indicateurs favorables à un niveau d’épargne élevé, à des opportunités d’achats ou des projets limités :
– L’indice synthétique INSEE de confiance des ménages, en avril 2012, se redresse par rapport à la fin de l’année 2011 (indice 88 vs. 79) et se situe ainsi dans la moyenne depuis le début du baromètre (octobre 2004).
Cet indice reflète notamment une nette hausse de l’opportunité d’épargner (au plus haut niveau depuis octobre 2007 et nettement au-dessus de la moyenne 2004-2012), tandis que l’opportunité de réaliser des achats importants reste faible.
– On retrouve cette tendance de faible opportunité d’achats, dans le Baromètre : que ce soit pour l’achat automobile, les investissements immobiliers ou encore des travaux à domicile. Ces niveaux sont au plus bas depuis le début du Baromètre, alors qu’ils avaient rebondi en 2009 avec notamment la « prime à la casse » dans l’automobile.
– Parallèlement, les intentions de réaliser des projets d’investissement (à 12 mois) dans ces mêmes domaines restent peu élevées : stables depuis 2009, mais significativement en baisse, depuis le début du Baromètre, pour l’investissement immobilier et la réalisation de travaux à domicile.

Dans les faits, le taux d’épargnants reste stable et le choix de placement très prudent :
– Le nombre d’épargnants, sur les 3 derniers mois (c’est-à-dire de janvier à mars 2012) reste stable : 48% ont épargné au cours des 3 derniers mois et 56% au cours des 6 derniers mois.
– Parmi les épargnants « récents » (3 derniers mois), le produit largement en tête est la Livret A : 62% d’entre eux ont choisi ce placement, soit 3 Français sur 10 (29%, + 7 points en 3 ans).
– L’assurance vie, sur laquelle 16% des Français ont épargné sur les 3 premiers mois de l’année, se redresse, après un fléchissement constaté en 2011 (de 15% en mai 2011 à 13% en novembre 2011). Le PEL se situe au même niveau que l’assurance vie (16%), stable par rapport à l’an dernier.
– Le constat ne devrait pas changer pour les 3 prochains mois de l’année : 53% ont l’intention d’épargner au cours des 3 prochains mois et la hiérarchie des placements resterait identique :

– Le Livret A nettement en tête (32% des Français).
– L’intention envers l’assurance vie serait stable à 12% (vs. 13% en mai 2011) à un niveau légèrement inférieur aux intentions envers le PEL (15% vs. 17% en mai 2011).
Plus globalement, pour « placer de l’argent », la sécurité reste toujours de mise : les Français auraient une nette préférence pour les comptes ou livrets d’épargne : 81% les privilégieraient (72% les livrets d’épargne, 49% l’épargne logement PEL/CEL) devant l’assurance vie (50%). Les valeurs mobilières arrivent loin derrière: 25% les privilégieraient (13% les actions) contre 33% il y a un an (18% pour les actions).
– Pour souligner également cette prudence dans le choix des placements, une grande majorité de Français miserait clairement sur des produits non risqués si on leur proposait de placer un somme importante : près de 9 Français sur 10 (86%) préféreraient placer cette somme dans « des livrets ou assurances vie en euros avec un rendement limité mais un capital garanti », plutôt que dans « la bourse malgré un rendement plus élevé mais sans capital garanti» (option choisie par 7%).

Face à la volatilité des marchés et de la Bourse, les Français sont particulièrement frileux
Le niveau de risque perçu envers les placements boursiers reste au plus haut :
– 91% des Français jugent que les actions sont risquées (contre 87% en mai 2011), même « très risquées » pour 56%.
– Situation identique sur les obligations (risquées pour 81% vs. 74% en mai 2011) et sur les SICAV/FCP (79% vs. 71%).
Parallèlement, la frilosité envers les marchés financiers s’est accentuée :
– La perception de l’opportunité d’investir en Bourse (« bon moment ») est passée de 16% en mai 2011 à 10% aujourd’hui. La tendance est encore plus forte auprès des actionnaires individuels : 38% considéraient que c’était « un bon moment » en mars 2010, 31% en mai 2011 et 23% aujourd’hui.
– Dans les faits, l’attrait personnel pour la Bourse et les actions est au plus bas : seuls 5% des Français seraient incités à acheter des actions (8% en mars 2010) et 18% des actionnaires (29% il y a 2 ans).

Cliquez ici pour accéder à l’étude

Source : TNS Sofres

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :