Skip to content

Livres pour la jeunesse : la fête est finie

29/11/2011

Après des années d’euphorie, le marché du livre pour la jeunesse a reculé en 2010. Le Salon qui s’ouvre demain à Montreuil devrait toutefois montrer la vitalité de ce segment, marqué par un regain de créativité notamment dans le numérique.

Dur, dur, de se réveiller après la folie « Harry Potter » et « Twilight ». Pour les éditeurs jeunesse, c’est un peu la gueule de bois des lendemains de fête : le marché, en 2010, a cessé de progresser. Selon GfK, les ventes de livres pour enfants et adolescents se sont élevées à 570 millions d’euros en 2010, en recul de 4,5 %. Et, jusqu’à présent, 2011 suit la même tendance. « Le marché a reculé en valeur de 0,8 % sur la période janvier-octobre 2011, selon Ipsos », indique Hedwige Pasquet, présidente de Gallimard Jeunesse. Les éditeurs espèrent donc que le Salon du livre et de la presse jeunesse, qui s’ouvre demain à Montreuil où il se tiendra jusqu’au 5 décembre, dynamisera le marché. « La fin de l’année représente toujours une proportion importante des ventes de l’année », rappelle Sébastien Rouault, chef de groupe livre chez GfK. Les aventures du jeune sorcier Harry Potter (Gallimard Jeunesse) d’abord, les amours de Bella et du vampire Edward de la série « Twilight » (Hachette) ensuite, avaient porté depuis dix ans le marché à des niveaux record (595 millions d’euros en 2009). « Un succès pareil, on le rencontre une fois dans une vie d’éditeur », note Isabelle Magnac, directeur de la branche illustrée chez Hachette Livre. D’où une base de comparaison défavorable : hors Twilight, le marché a progressé de 2,4 % en 2010 et de 1,5 % sur les dix premiers mois de 2011.

Le goût retrouvé de la lecture
En redonnant aux ados le goût de la lecture, ces deux séries phares ont été suivies par plusieurs autres séries à succès, surfant sur la vague de l’« heroïc fantasy » ou des vampires (« Les Chevaliers d’Emeraude », « Journal d’un vampire », « Percy Jackson », etc.), qui ont tiré le marché des romans grand format. « Ce segment, très dynamique, avec beaucoup de nouveautés chaque année, est aussi le plus important du marché : il représente 36 % de son chiffre d’affaires », indique Sébastien Rouault. Mais les classiques n’ont pas à rougir de leurs performances : « Le Petit Prince », « Vendredi ou la vie sauvage », « L’Odyssée » ou encore « Les Misérables » se sont vendus entre 50.000 et 100.000 exemplaires entre novembre 2010 et octobre 2011. De même, les séries pour les plus petits (« Monsieur Madame», « T’choupi », « Petit Ours Brun », etc.) continuent de se vendre par centaines de milliers.
Les éditeurs n’en ressentent pas moins une certaine inquiétude. « Nos ventes progressent, mais certains clignotants s’allument : les taux de retour augmentent, les commandes des libraires sont plus modestes, de même que le réassort , indique Frank Girard, directeur de Bayard Editions. Le marché est très encombré, avec de plus en plus de nouveautés. La durée de vie des ouvrages en librairie se réduit », renchérit Hedwige Pasquet.
Pour autant, la plupart restent optimistes et comptent sur leur créativité pour soutenir leurs ventes. « On voit se développer les livres objets, dont certains sont spectaculaires », indique Isabelle Magnac. Le numérique est aussi source de créativité, même si son chiffre d’affaires reste encore marginal. Les éditeurs expérimentent beaucoup dans ce domaine, que ce soit dans les applications pour tablettes ou les nouveaux e-books illustrés. Avec des initiatives remarquées, comme « L’Herbier des fées », de Benjamin Lacombe (Albin Michel), dont la version numérique est particulièrement innovante.

Source : Les Echos

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :