Skip to content

La 3D relief déjà au bord du gouffre

03/11/2011

Derrière la performance en trompe-l’œil d’«Avatar», la technologie n’attire pas le public.

Une puissante odeur de sapin a envahi les hauteurs d’Hollywood. A en croire analystes et journalistes américains, la technologie 3D serait si proche de l’agonie qu’il faudrait organiser ses obsèques toutes affaires cessantes. En cause, une cascade de résultats négatifs au box-office américain depuis un an. Toy Story 3 ou Shrek 4, pourtant calibrés pour attirer tous les publics, ont gagné moins d’argent en 3D qu’en 2D, tandis que des nanars comme Destination finale 5 se prenaient des gamelles humiliantes. Plus préoccupant encore, des films très grand public comme le dernier Pirates des Caraïbes ou le Choc des Titans étaient d’une telle médiocrité technique en relief qu’ils ont fait fuir le public juvénile, dont la sage devise pourrait se résumer désormais : «Si c’est 3D, c’est mauvais.»
Embarrassant.
C’est donc dans une atmosphère funèbre qu’Hollywood attend la sortie des Aventures de Tintin. Le film de Spielberg, de même que le Hugo Cabret de Martin Scorsese (prévu le 14 décembre), ont, pour les plus optimistes, des allures de dernière chance. Pour une technologie qui devait résoudre tous les maux du cinéma (piratage, chute du nombre d’entrées en salles aux Etats-Unis, essoufflement du marché de la vidéo), cela est embarrassant. Mais un peu mérité. Les exploitants américains, avec l’appui des studios, ont augmenté leur tarif pour les projections en relief, dépassant allégrement le cap des 15 dollars (11 euros) par ticket. Un surcoût qui s’ajoute à une hausse régulière du prix du billet depuis vingt ans, qui a permis de masquer, derrière des recettes annuelles record, une érosion régulière de la fréquentation. Or, comme le soulignait, fin septembre, un article de Slate (traduit sur le site français), le péché des pontes d’Hollywood a été de se fonder sur le succès hors normes d’Avatar pour estimer la rentabilité des futurs films en 3D. Or ni le Alice de Tim Burton ni aucun autre par la suite, n’a pu seulement approcher les prodigieux bénéfices du blockbuster de James Cameron – qui, accessoirement, a été le film le plus téléchargé illégalement de tous les temps. En 2D évidemment… comprenne qui pourra.

«Migraines»
Du coup, l’ambiance est vraiment à la curée. Pour Roger Ebert, du Chicago Sun, la 3D dans son ensemble est un gadget ridicule, à quelques exceptions près (dont Pina de Wim Wenders ou la Grotte des rêves perdus de Werner Herzog). «Pour certains, c’est une distraction ennuyeuse, écrit-il sur son blog. Pour d’autres, une cause de migraines et de nausées. Cela ne convient pas aux films adultes et cela limite la liberté des réalisateurs.» En France, où le parc de salles 3D grossit à grande vitesse, la décrue existe, mais elle est moins flagrante qu’aux Etats-Unis. «C’est une question de décalage, estime-t-on au Centre national de la cinématographie. Les films de bonne qualité 3D ont été mis en chantier avec du retard par rapport à l’équipement des salles et aux attentes du public, mais tout se met en place. Les coûts de production deviennent abordables, de l’ordre de 10% supplémentaires par rapport à un tournage classique, et il est probable que l’équipement des ménages en télévisions 3D suivra la tendance. Cela prendra plus de temps que certains ne l’auraient souhaité, mais cela se fera. Quand le son ou la couleur sont arrivés dans le cinéma, cela a provoqué un même phénomène de rejet avant de s’installer.»

Source : Next Libération

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :