Skip to content

La dépense IT en entreprise résiste en France

12/10/2011

Malgré les incertitudes économiques actuelles, les investissements des entreprises françaises dans les technologies de l’information et de communication ne sont pas sensiblement remis en cause pour 2011. Tel est le constat d’IDC France qui souligne que la situation contraste singulièrement avec l’automne 2008. La faillite de la banque d’affaires Lehman Brothers s’était alors poursuivie par une contraction brutale des dépenses, aboutissant à un recul de 7,5% en 2009 par rapport à 2008.
Si 2010 a été marquée par une forte reprise sur le matériel IT (+8%) portant la croissance globale du marché à +3,6%, les équipes d’IDC France ont constaté une croissance forte des services IT et des logiciels sur Q1 et Q2 2011.
« Evidemment, il existe une corrélation entre la croissance du PIB et celle des marchés IT et télécom, admet Didier Krainc, Directeur Général d’IDC France, c’est pourquoi nous avons dû réviser nos prévisions à la baisse, mais nous pensons que cette fois-ci, l’impact négatif du contexte économique global restera limité sur 2011 et ne conduira pas à une récession en 2012 »
Sur l’ensemble de l’année 2011, IDC France anticipe ainsi une croissance globale de 2,5% (45 milliards d’euros), soit +2,4% et +4% respectivement pour les services IT et les logiciels, et +1,3% pour les matériels IT.

Cinq grandes tendances soutiennent le marché IT en France :
– le recours renforcé à l’externalisation des prestations informatiques
– le développement des solutions mobiles
– les solutions analytiques, le CRM, la sécurité
– la rationalisation des infrastructures informatiques
– la virtualisation, l’automatisation, l’industrialisation, le Cloud

IDC France ne remarque pas de remise en cause généralisée des budgets IT sur 2012 mais une entreprise sur dix a révisé son plan d’investissement. Globalement, les sociétés souhaitent préserver le capital innovation et la flexibilité apportés par les investissements IT. En revanche, elles entendent diminuer les coûts d’exploitation de leurs systèmes actuels, c’est-à-dire faire mieux avec un peu moins de budget. D’où l’intérêt pour les techniques de virtualisation des serveurs, du stockage et, dans une moindre mesure, des postes de travail.

Source : itrnews

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :