Skip to content

Marianne se prépare pour la présidentielle

29/05/2011

C’est une coïncidence frappante : Jean-François Kahn annonce qu’il quitte le journalisme et donc son poste d’éditorialiste à Marianne ; au même moment, l’hebdomadaire dont il est cofondateur réunit ses journalistes en séminaire pendant deux jours, vendredi 27 et samedi 28 mai, pour réfléchir aux orientations futures du titre. Un débat, précédé d’une intervention de l’éditorialiste Jacques Julliard, devait avoir lieu samedi pour envisager quelle position pourrait prendre Marianne dans la perspective de l’élection présidentielle de 2012.
La rédaction est divisée entre deux tendances : d’une part, un noyau historique de souverainistes ex-chevènementistes, incarné – entre autres – par Eric Conan, directeur de la rédaction ; d’autre part, une mouvance sociale-démocrate, plus jeune et arrivée récemment. Appartenant au premier courant, le responsable du site Internet Marianne2.fr, Philippe Cohen, avait provoqué des remous dans la rédaction en demandant que le Front national soit traité de manière neutre, « comme un objet journalistique ». De vifs débats étaient attendus, samedi, sur l’attitude à tenir face à Marine Le Pen avant le premier tour de la présidentielle.
L’hebdomadaire se trouve aussi orphelin d’un candidat depuis que l’affaire du Sofitel de New York a écarté Dominique Strauss-Kahn de l’investiture socialiste. Malgré les prises de position nettement anticapitalistes du titre, Jean-François Kahn et Maurice Szafran, directeur de la publication, penchaient plutôt en faveur de l’ex-directeur du Fonds monétaire international. C’est ainsi que Marianne a fait partie des rares titres de presse, avec Le Nouvel Observateur et Libération, auxquels M. Strauss-Kahn a réservé ses confidences lors de son passage à Paris, le 28 avril. L’éviction du leader socialiste rebat les cartes, de même que le départ de Jean-François Kahn.
Cofondateur de l’hebdomadaire en 1997 avec Maurice Szafran, il n’y exerçait plus de fonction officielle depuis 2007. Il se contentait d’y tenir une chronique hebdomadaire de deux pages. Mais son influence était grande, à la manière d’une éminence grise. Il reste propriétaire de 50 % de Marianne Finances avec M. Szafran, qui en possède l’autre moitié. Cette holding détient plus de 30 % de l’entreprise.
L’hebdomadaire se porte bien : Marianne a vendu en moyenne 260 759 exemplaires chaque semaine en 2010, une diffusion en légère hausse, de 1,1 %. Contrairement à ses concurrents, il réalise plus de la moitié de sa diffusion en kiosques. Il dépense donc moins pour recruter des abonnés à coups de mailings, de cadeaux ou d’offres promotionnelles.

Sérénité
En 2010, il a réalisé un bénéfice de 800 000 euros. Ce chiffre devrait atteindre 1,2 million cette année. La publicité ne représente que 10 % du chiffre d’affaires total, le reste venant de la diffusion. Enfin, et surtout, l’entreprise dispose d’un trésor de guerre de 4,5 millions d’euros qui lui permet de voir venir l’avenir avec sérénité.
Maurice Szafran réfléchit à plusieurs manières d’investir cet argent, par exemple en lançant des suppléments. Mais son objectif principal est d’accroître la diffusion pour franchir le seuil des 300 000 exemplaires. En revanche, Marianne n’a pas réussi sa percée sur Internet : son site, Marianne2.fr, se situe très loin derrière les autres sites d’hebdomadaires d’information en termes d’audience.

Source : Le Monde

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :