Skip to content

Atlantico se voit en « chaînon manquant » de l’information

01/03/2011

Précédé par un buzz autour de l’arrivée d’un « Rue89 de droite », le lancement d’Atlantico était attendu depuis plusieurs mois… Le nouveau site d’information, lancé par deux journalistes, Jean-Sébastien Ferjou (ex-TF1) et Pierre Guyot (ex-RTL), a été mis en ligne hier. Son ambition : devenir le média « qui facilite l’accès à l’information »,à la manière du Huffington Post ou de The Atlantic, cités comme sources d’inspiration. « Il manquait un chaînon entre les rédactions classiques et les agrégateurs », a expliqué Jean-Sébastien Ferjou. La rédaction, dirigée par Jean-Baptiste Giraud (ex-BFM et Economie Matin), sera réduite à une dizaine de personnes et fera appel à des éditorialistes et des signatures reconnues (parmi lesquels Christian de Villeneuve, ancien directeur de la rédaction du Parisien et de France-Soir, ou le journaliste Yves Derai). Une autre partie du contenu sera fournie par une communauté d’environ 300 contributeurs non rémunérés, dont les articles seront validés. Le site a également un partenariat avec StreetPress pour la partie vidéo et se veut une référence pour le journalisme de liens. Atlantico propose ainsi les « pépites » du Web, une sélection d’articles. Ses concepteurs ont cartographié 1.000 sources d’information, françaises et internationales, issues de la presse et de la blogosphère.
L’équilibre sous trois ans
Selon Jean-Sébastien Ferjou, le modèle éditorial est « adapté aux contraintes économiques du Web ». Atlantico a levé environ 1 million d’euros, principalement auprès de business angels, comme le fondateur de Poweo, Charles Beigbeder, celui de Meetic, Marc Simoncini, ou le patron de Free, Xavier Niel. Les cofondateurs ont aussi apporté des fonds personnels. Ils détiennent d’ailleurs 51 % du capital. Le site se donne trois ans pour atteindre l’équilibre et vise une audience de 600.000 visiteurs uniques d’ici à un an. Dans l’immédiat, 100 % de ses ressources seront générées par la publicité, mais il espère développer d’autres sources de revenus. « Nous avons exploré plusieurs pistes pour introduire du ’freemium’[mélange entre contenus gratuits et payants, NDLR]et nous regardons ce qui se fait ailleurs, comme Rue89, qui dispense des formations », a précisé Jean-Sébastien Ferjou. Interrogé sur la ligne éditoriale du site volontiers qualifiée de libérale, son cofondateur a affirmé qu’elle n’était pas partisane. « Ce qui nous intéresse, c’est de proposer une grille de lecture détachée des standards et de la pensée unique. »

Source : Les Echos

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :