Skip to content

La presse de cuisine traverse un trou d’air après dix années de croissance échevelée

30/12/2010

La diffusion totale a chuté de 7,89 % au premier semestre, après une envolée de 94 % entre 2000 et 2009
Après avoir connu une croissance continue depuis l’an 2000, la presse de cuisine devrait connaître un sévère recul cette année. Selon les premiers chiffres fournis par l’OJD, l’organisme certifiant les ventes des titres, cette famille de magazines a connu une baisse de diffusion de 7,89 % au premier semestre 2010 par rapport à la même période de 2009.
Cette chute brutale intervient après une longue success story : entre 2000 et 2009, la diffusion totale des magazines culinaires a en effet augmenté de 94 % ! Pendant cette période, la famille est passée de huit à douze titres. Aux leaders du marché que sont Maxi Cuisine (groupe Bauer), Cuisine actuelle (Prisma), Elle à table (Lagardère active) et Cuisine et vins de France (Marie Claire), sont venus s’adjoindre entre autres Régal, édité par Uni éditions, filiale du Crédit agricole, ou encore Vie pratique gourmande, du groupe allemand Axel Springer, vendu aux caisses des grandes surfaces. La cuisine a bénéficié aussi d’un effet de mode qui s’est traduit par l’édition de nombreux livres de recettes et d’émissions de télévision, comme « Master Chef » sur TF1 et « Top chef » sur M6.
Mais aujourd’hui, la demande s’essouffle. Contrairement à la presse d’actualité, la presse de cuisine s’archive et le lecteur peut être tenté de ne plus acheter de nouveaux titres une fois qu’il s’est constitué une collection de recettes pour toutes les saisons.
Depuis dix ans, ce secteur de la presse doit aussi faire face à la concurrence d’Internet, où des sites comme Marmiton.org, le leader du marché, ou 750g.com connaissent un grand succès. Marmiton, qui est une filiale du site Auféminin.com, lui-même propriété de Springer, reçoit près de 1 million de visiteurs uniques chaque mois.

Hommes divorcés
Le site, sur lequel les internautes postent leurs recettes préférées, prétend se positionner sur un créneau sensiblement différent de celui de la presse magazine. « Nous sommes du côté de l’efficacité et du conseil, déclare Anne-Laure Vincent, cofondatrice de Marmiton. Typiquement, notre lectrice est la femme qui rentre chez elle, regarde ce qu’elle a dans son frigo et cherche des idées de repas sur Internet. »
Le lectorat de Marmiton ne recouperait pas tout à fait celui des magazines. « Parmi nos internautes, nous avons toute une population de jeunes femmes qui ne savent pas cuisiner, et aussi des hommes, célibataires ou divorcés, grands utilisateurs d’Internet. » Pour fêter ses dix ans, Marmiton vient de publier un magazine réunissant les recettes plébiscitées par les internautes.
Là où les sites Internet mettent en avant le partage d’expériences entre membres de la communauté, les magazines traditionnels insistent sur la crédibilité de la marque. « Si je tape sur Internet «blanquette de veau», je vais obtenir au moins 1 500 réponses, constate Irène Karsenty, rédactrice en chef de Cuisine et vins de France. La lectrice peut compter sur la caution d’une rédaction. Nous insistons aussi beaucoup sur la présentation : pour nous, une recette, c’est un texte et une photo. »
Loïc Guilloux, éditeur du pôle féminin chez Prisma Presse, estime que ces magazines peuvent résister à Internet pour deux raisons. La première est que la thématique de la cuisine est « potentiellement infinie » : « La cuisinière est toujours à la recherche de nouvelles recettes, de nouveaux ingrédients. » La seconde raison tient au support lui-même : « La cuisine est encore un secteur où l’on a besoin de conserver un support papier, souligne M. Guilloux. Les femmes aiment conserver les magazines ou découper les recettes, les conserver dans un classeur, les annoter… »

Source : Le Monde

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :