Skip to content

Prisma Presse repart à l’offensive en lançant des déclinaisons de ses titres

29/09/2010

Son président-gérant Rolf Heinz annonce, dans un entretien aux Echos, le lancement de deux déclinaisons de Géo le 27 octobre et d’un mensuel spécialisé sur l’histoire avant la fin de l’année. Il fait aussi le point sur VSD et sur Voilà.

Après plusieurs années plutôt calmes sur le front des lancements, Prisma Presse repart à l’offensive et multiplie les projets. La filiale française du groupe allemand Gruner+Jahr s’apprête à lancer trois magazines, extensions de titres existants, et annonce un nouveau mensuel original pour le début de l’année prochaine. « Nous allons sortir prochainement deux bimestriels déclinés de ’Géo’, et un mensuel centré sur l’histoire à partir de ’Ça m’intéresse’ », déclare Rolf Heinz, président-gérant du groupe dans un entretien aux Echos. Les bimestriels, qui seront présentés en détail le 20 octobre, sortiront le 27 octobre. Ils ont vocation à devenir mensuels en cas de succès. Leur prix sera relativement élevé, et leurs objectifs de diffusion inférieurs à 100.000 exemplaires. Quant au mensuel sur l’histoire, il sortira avant la fin de l’année. « Il s’agira d’une formule novatrice, unique dans son approche, qui aura à la fois un côté pratique et spectaculaire », promet Rolf Heinz. Prisma annonce par ailleurs pour l’an prochain plusieurs nouvelles déclinaisons de marques. Et au moins un mensuel totalement nouveau, destiné aux jeunes adultes. « Nous venons de réaliser le numéro zéro et prévoyons de le tester début 2011 », indique Rolf Heinz.

Perte de parts de marché
Cette salve de lancements a pour objectif de redonner un nouvel élan à Prisma, à l’heure où le groupe voit les ventes de ses titres phares décliner, souvent plus vite que leur marché. C’est le cas de Femme Actuelle, dont la diffusion France payée a baissé de 6,86 %, selon le dernier OJD (juillet 2009-juin 2010), de Télé Loisirs (– 4,94 %), de Gala (– 5,29 %), de Voici (– 8,48 %), de VSD (– 20,11 %), ou encore de Capital (– 9,58 %). « Prisma est présent sur des segments qui subissent une érosion structurelle, mais il est vrai que nous avons perdu des parts de marché sur certains titres », reconnaît Rolf Heinz, qui souligne toutefois que la tendance s’est inversée fin août pour les magazines de télévision ou encore pour Capital. « Depuis l’été, nous regagnons aussi des parts de marché avec Voici, Gala, et VSD », poursuit-il.

Satisfecit sur VSD
Il est vrai que les équipes de Prisma ont aussi travaillé à la rénovation de ses titres. Une nouvelle formule de Management sortira le 21 octobre, quelques jours avant celle de Géo le 27 octobre. Celles des magazines télé sont parues fin août, et celle de VSD le 5 août. Cette dernière avait donné lieu à plusieurs jours de grève, les journalistes s’étant opposés aux 10 suppressions de postes annoncées ainsi qu’à un projet qu’ils avaient qualifié de« low cost ». Rolf Heinz se déclare très satisfait de ses premiers résultats : « Sur les six premiers numéros, la diffusion France payée a atteint en moyenne plus de 200.000 exemplaires, soit 17 % de plus que l’an dernier. Nous visions plutôt 150.000 exemplaires. Nous sommes contents, d’autant que nous avons augmenté le prix à 2,40 euros, après trois numéros au prix de lancement de 2 euros. Nous testons d’ailleurs les prix de 2,5 et de 2,8 euros en région. »

Ajournement de Voilà
En revanche, le test effectué cet été avec Axel Springer sur Voilà, un magazine people distribué en grandes surfaces, ne s’est pas avéré concluant. Le quinzomadaire s’est vendu en moyenne à 70.000 exemplaires, la fourchette basse de l’objectif. Le projet est donc ajourné. Officiellement, le test sera« renouvelé l’été prochain ».Compte tenu de ces éléments, Rolf Heinz table sur un chiffre d’affaires stable cette année, après une baisse de 7 % en 2009 à 539 millions d’euros. Il attend une diffusion en légère baisse, de 2 % à 3 %, compensée toutefois par la hausse des prix de vente de cinq titres (Capital, Management, Femme actuelle, Télé Loisirs et Télé 2 semaines). Les recettes publicitaires, qui représentent 30 % du total, devraient de leur côté progresser de 2 % à 3 %, après avoir chuté de 18 % en 2009. Il compte aussi sur la diversification (Internet, régie pour des titres tiers, réalisation de médias pour des entreprises), qui représente aujourd’hui 12 % du chiffre d’affaires et qu’il espère développer.

Source : Les Echos

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :