Skip to content

Les Inrocks, nouveau « news culturel de gauche »

14/09/2010

Embauche de 10 journalistes, augmentation de la pagination de 100 à 130 pages, baisse du prix à 2,50 euros : la nouvelle formule de l’hebdomadaire qui sort mercredi s’accompagne de véritables investissements. Objectif : doubler les ventes d’ici à 2012.

Matthieu Pigasse a de grandes ambitions dans la presse. Le vice-président Europe de la banque Lazard, qui deviendra l’un des propriétaires du Monde dans quelques semaines, n’a pas pour autant abandonné ses projets sur Les Inrockuptibles. Depuis qu’il a racheté 80 % de l’hebdomadaire, il y a tout juste un an, celui que l’on surnomme volontiers « le banquier rock » promet une offensive volontariste sur le marché des news. Ce sera chose faite mercredi : le 15 septembre, Les Inrocks feront peau neuve. Nouveau logo blanc sur fond orange, couverture cernée de blanc, prix revu à la baisse à 2,50 euros au lieu de 3,30 euros, et surtout pagination renforcée de 100 à 132 pages chaque semaine. Avec davantage de sujets politiques et société l’hebdomadaire veut séduire les trentenaires qui ne lisent pas les news. Tout en restant fidèle à son ADN d’un magazine impertinent et rebelle à l’ordre établi. « Le ton et les valeurs des ’Inrocks’ en font un journal ultra-identitaire. Nous pensons qu’il peut réveiller le marché des news », explique Louis Dreyfus, directeur général des Inrockuptibles.
Doublement des ventes visé
L’objectif de cette nouvelle formule est audacieux. Matthieu Pigasse vise un doublement des ventes d’ici à 2012, alors que la diffusion payée a atteint 38.940 exemplaires en 2009 selon l’OJD. Pour cela l’hebdomadaire, qui emploie près de 80 personnes, a recruté une dizaine de journalistes. La moitié de sa pagination sera consacrée à des sujets non culturels, avec de longues enquêtes de 7 ou 8 pages, des reportages, des portraits, des entretiens. Un cahier spécifique sera dédié à la politique, avec le concours de Thomas Legrand, l’éditorialiste de France Inter. « L’idée est de poser un autre regard sur l’actu », indique Louis Dreyfus. Sans toutefois empiéter sur les plates-bandes du premier « news culturel » français, Télérama, que Matthieu Pigasse trouvera dans la corbeille du « Monde »… Louis Dreyfus espère retrouver l’équilibre financier en 2012, compte tenu des investissements liés à la relance. Les Inrocks étaient à l’équilibre depuis cinq ans, pour un chiffre d’affaires de 13 millions d’euros l’an dernier.

Cliquez ici pour découvrir la nouvelle formule.

Source : Les Echos

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :